Un charmant Monsieur canadien que je salue au passage,  m'avait dit un jour ce proverbe  "Il n'y a pas de mauvais temps, il n'y a que des personnes mal habillées" et il avait bien raison. Moi qui ai horreur de  sortir par temps de grosse pluie, j'ai toujours gardé ce dicton en mémoire. Mais ce samedi 3 juin alors qu'il tombait des cordes comme on dit chez moi,  l'attrait d'un ballet de voiliers dont les principaux acteurs étaient  43 skippers  en partance pour 1500 à 2000 milles en solitaire et sans assistance m'a fait enfiler ma tenue de pécheur (non j'exagère un peu quand même).  C'est bien accompagnée que je me suis rendue sur les quais pour assister au départ de la course Le Figaro La solitaire et nous n'avons pas été déçus.

Lutter pour ne pas s'endormir  pendant les 20 mn que dure le trajet n'est pas chose facile

WP_20170603_15_10_43_Pro

Mais ca y est nous y sommes

WP_20170603_15_43_02_Pro (2)

WP_20170603_15_47_13_Pro

WP_20170603_15_50_09_Pro

WP_20170603_16_02_31_Pro

WP_20170603_16_02_36_Pro

WP_20170603_15_59_57_Pro

Il y avait des petits bateaux, mais aussi des gros et devinez qui sont les plus rapides :-)

WP_20170603_16_26_50_Pro

et le toujours aussi  majestueux Bélem

WP_20170603_17_00_05_Pro

WP_20170603_17_08_26_Pro

Tout cela a laissé bien songeur mon p'tit bonhomme mais tellement content de son après-midi.

WP_20170603_16_25_27_Pro (2)

Il n'y a plus qu'à attendre le retour du soleil :-)